Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Aquaverde

Le musée d’histoire de Nantes soutient l’action de l’association genevoise Aquaverde qui a pour but de promouvoir toute initiative visant à apporter une dimension nouvelle à l’interaction entre l’homme et l’environnement dans la perspective du développement durable et de la dignité des peuples.


L’association Aquaverde investit ses efforts dans la sauvegarde de la forêt Amazonienne, ce trésor de biodiversité demeurant l’une de pièces maîtresses de la régulation climatique planétaire et constituant avec son fleuve l’Amazone, ses centaines d’affluents et ses sources, le quart des réserves d’eau douce potable de la planète, et dans le soutien aux populations touchées directement par la déforestation. Aquaverde mène des projets alliant la reforestation à une économie de développement durable pour les populations locales en proposant des alternatives économiques et sociales à la destruction de la forêt. Ces projets s’inscrivent également dans une vision nouvelle de la coopération internationale.


L’exposition Amazonie. Le chamane et la pensée de la forêt est l’occasion, pour le musée d’histoire de Nantes, d’interpeller les visiteurs sur le devenir des populations du bassin amazonien et de leur proposer de devenir acteurs d’une action concrète. En effet, le public peut, à l’issue de sa visite, s’il le souhaite, faire un don en monnaie afin de participer à l’acquisition d’une fontaine « Safe water cube », destinée au peuple Ashaninka qui souffre depuis plusieurs années du manque d’eau potable.


Le peuple Ashaninka, qui vit au Pérou et au Brésil, dispose aujourd’hui de puits qui sont à sec durant la saison sèche. Devant alors boire l’eau de la rivière, les Ashaninkas sont directement confrontés aux problèmes de pollution causés par la diminution du régime pluvieux, l’exploitation minière et la déforestation. Une forte augmentation des maladies dues à la contamination de l’eau est actuellement constatée, les habitants souffrant régulièrement de diarrhées et de vomissements.


L’acquisition d’une fontaine « Safe water cube », qui rend potable toutes les eaux de surface, sans énergie, permettra de filtrer 1000 litres d’eau par heure, assurant l’ensemble des besoins actuellement identifiés. D’un coût de 5 500€, une fontaine « Safe Water cube » pourra être acquise grâce aux dons des visiteurs durant les six mois de l’exposition. Si la somme collectée n’est pas suffisante à cette acquisition, elle sera versée à l’Association Aquaverde afin de soutenir le creusement d’un puits artésien d’eau claire, destiné aux mêmes populations.

 

Le projet du puits à Ashaninka sur Aquaverde

Le projet Safe Water Cube