INFORMATION IMPORTANTE

Suite aux mesures récemment prises au vu de la situation liée à la crise sanitaire actuelle, le port du masque est obligatoire à partir du 14 août  :

. Dans les rues du centre ville de Nantes

. Les abords de l’Erdre

. Les parvis Nord et Sud de la gare SNCF

. Les marchés

Le port du masque sera obligatoire sur l’ensemble des espaces accessibles du château : cour, remparts, musée, exposition.


Continuer vers chateaunantes.fr
Château des ducs de Bretagne | Musée d’histoire de Nantes | Accueil du site
MENU
FERMER
Rechercher

Recherche



fermer

Événement passé - Spectacle

SOH ODORI DE NIIGATA

12 — 13 Juillet 2014

Dans le cadre de l’exposition Samouraï, 1 000 ans d’histoire du Japon

Le Soh Odori est une danse traditionnelle de Niigata, ville japonaise jumelée avec Nantes. Soh Odori est la contraction de  soh, « ensemble » et odori qui veut dire « danser ».

Danser ensemble, c’est la philosophie de cette troupe de 20 danseurs et musiciens qui se produit habituellement pendant le festival Soh Odori à Niigata. Reprise d’une tradition populaire interdite pendant l’ère Meiji, cet événement a réuni 230 ensembles rassemblant  16 000 danseurs, de la danse traditionnelle au hip-hop, devant 280 000 spectateurs dans les rues de Niigata en 2013. 

12.07.14 16h Sous les Nefs des Machines de l’île

13.07.14 16h Cour du château

Rencontre « Pop culture » entre les danseurs du Soh Odori et les jeunes nantais pour une soirée vidéo-ludique avec Dance Dance Révolution, Pop’N music, Beatmania II DX et tournoi de l’injustice de Ultra Street Fighter 4.

Organisation par les associations Jeunesse France Japon, PoWa et PiX n’Joy.

Samedi 12 juillet de 18h à 22h. Cour du château des ducs de Bretagne

Danseurs de Soh Odori
Soh Odori – © Eric Davidenko

Découvrir

Événements passés

À découvrir également...

SAMOURAÏ

1 000 ANS D’HISTOIRE DU JAPON Source de fascination depuis plus d’un siècle et demi, quand le Japon s’ouvrit à l’Occident aux derniers jours du régime d’Edo, le samouraï fait aujourd’hui partie de notre (...)