Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
Événement passé - Exposition

En guerres

1914-1918 / 1939-1945, Nantes / Saint-Nazaire

Du 23 Février 2013 au 23 Février 2014

Que faut-il retenir de ce que la mémoire collective a conservé de la première guerre mondiale à Nantes et Saint-Nazaire, deux villes de l'arrière qui accueillirent les Alliés et les blessés ? Quel visage se dessine de l'Union Sacrée, dans une ville comme Nantes, où une manifestation pacifiste éclate au lendemain de l'assassinat de Jean Jaurès ? Du front de l'arrière, qui doit rester solidaire des combattants, jusque dans la misère ? De l'effort de guerre, qui impose le patriotisme comme un devoir national ?

Quelle place retrouvèrent les soldats, la paix revenue ? Et les femmes qui les avaient remplacés dans les entreprises ? Quelles traces de la brutalité du conflit fallut-il effacer ? Quelle mémoire positive et glorieuse fallut-il construire pour chasser le traumatisme ? Quelle fut l'ombre projetée de la première guerre sur la deuxième ? Nantes et Saint-Nazaire participèrent-elles à la marche vers la guerre ? Nantes fut-elle une ville résistante et martyre, telle qu'elle se décrit elle-même ? Ne fut-elle pas aussi une ville collaborationniste ? Ne fut-elle le théâtre d'aucune délation ? D'aucune torture ? N'eut-elle pas une population d'origine israélite qui fut raflée et déportée, comme dans le reste du pays ? Ne connut-elle aucune heure sombre ?


Le 6 mai 2008, Gisèle Giraudeau offrit au musée la robe d’internement qu’elle portait au camp de Ravensbrück, où elle fut déportée pour faits de résistance. Marcel Jaunet, fit don du drapeau nazi, trouvé dans les bureaux du 11e corps d’armée, qu’on lui avait demandé de sécuriser le 12 août 1944, alors qu’il était commandant FFI (Forces Françaises de l’Intérieur). Le Comité du Souvenir des résistants et des déportés de Loire-Inférieure, déposa, quant à lui, un lot d’affiches liées à l’exécution des cinquante otages et la tenue de Roger Cadiot, résistant nantais déporté au camp de Dachau.

Cet événement, largement relayé par la presse à l’époque, lança le début de la collecte. Celle-ci ne s’est jamais arrêtée. Aujourd’hui, ce sont près de 650 objets et documents qui sont entrés en collection. Près de 450 seront exposés. En accompagnant l’écriture du scénario de l’exposition, la collecte en a également donné le ton : raconter ce que la guerre est aux civils. Tous ces objets sont parfaitement documentés. D’une grande  diversité, ils témoignent à leur façon d’une époque et des sentiments qui s’y rapportent. Autant d’histoires d’hommes et de femmes.


Commissariat de l’exposition : Krystel Gualdé (musée d’histoire de Nantes)

Scénographie : Agence Jean-François Bodin et associés

Graphisme : Yan Stive

 

téléchargez le dossier de presse.pdf (PDF)

Retour à la liste des événements passés