FERMETURE DU CHÂTEAU

Suite aux dernières annonces gouvernementales le Château des ducs de Bretagne, le musée d’histoire de Nantes et l’exposition LU sont fermés jusqu’à nouvel ordre.
Inscrivez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) @ChateauNantes pour suivre toutes nos actualités.

 


Continuer vers chateaunantes.fr
Château des ducs de Bretagne | Musée d’histoire de Nantes | Accueil du site
MENU
FERMER
fr
Rechercher

Recherche



fermer

Exposition

L'abîme

Nantes dans la traite atlantique et l'esclavage colonial, 1707-1830

Du 16 octobre 2021 au 15 juin 2022
Horaires
& accès
Tarifs

Aujourd’hui encore, les historiens ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le nombre de victimes de la traite atlantique. Les documents manquent, bien évidemment, pour qu’une comptabilité exacte soit réalisée, cependant les écarts des estimations ne s’évaluent pas en dizaines ou en centaines de milliers, mais en millions. Comment est-il possible qu’un phénomène aussi tragique et fondamental puisse partager à ce point ceux qui se sont consacrés à son étude ? Il s’avère que le nombre, aussi vertigineux qu’il soit, ne suffit pas à dire.

Qui plus est, que saurions-nous vraiment si ce nombre était définitivement arrêté ? Saurions-nous combien d’hommes, de femmes et d’enfants périrent au moment des guerres, des raids et des razzias qui furent à l’origine de leur captivité ? Saurions-nous comment, à des milliers de kilomètres de là, une ville entière et son territoire ont pu trouver dans le système colonial et esclavagiste les raisons et les moyens d’un enrichissement sans précédent ? Comprendrionsnous la place que ces acteurs ont tenue dans un monde globalisé, à l’aube du capitalisme moderne ? Imaginerions-nous le lien étroit entre la Traite atlantique et les prémices de la révolution industrielle ? Comprendrions-nous, ne serait-ce que l’espace d’un instant, ce que fut l’horreur de ne plus s’appartenir, de quitter le monde des hommes pour celui des biens matériels, de disparaître sans laisser de trace ni même de souvenir ?

Le musée d’histoire de Nantes propose d’interroger ses collections sous un nouvel angle, afin de révéler les traces invisibles au premier abord mais bien présentes, du destin de celles et ceux qui furent victimes du système colonial. Au-delà de la vision économique et commerciale habituelle, l’exposition lèvera le voile sur la complexité du réel d’une ville qui fut négrière et esclavagiste.